25/03/2012

LE CHIEN QUI SUIVAIT UN PAQUET DE BRIOCHES - extrait-

Bonjour

Aujourd'hui je vous offre un petit extrait de la nouvelle LE CHIEN QUI SUIVAIT UN PAQUET DE BRIOCHES dont l'intégralité se trouve dans le recueil RENDEZ-VOUS A LA TOUSSAINT.

 

 

........ [

 

-         Au revoir, messieurs, merci et joyeux Noël !

-         A vous aussi, rentrez bien.

 

 

Le boulevard Clémenceau était presque désert. Même les étourneaux nichés dans les platanes retenaient leurs cris et …. Le reste. Le Père Noël et Stéphanie se rendirent  rapidement vers le restaurant où les sushis attendaient. Puis direction l’avenue des palmiers. Le vent soufflait très fort. Des rafales violentes s’abattaient dans le dos de rares passants chargés d’ultimes paquets.

Les passants, le vent et… le chien aussi.

 

Discret mais tenace il suivait à quelques mètres en arrière le duo hétéroclite. Il avait froid et faim, des jours qu’il renversait des containers, crevait des poubelles, recevait des cailloux et des coups de pompe dans l’arrière-train, dormait sous les voitures. Il avait échappé de justesse à la fourrière deux ou trois fois. Mais c’était un malin. Personne ne l’attraperait, personne ne le frapperait, jamais plus. L’homme en rouge marchait le premier, le colis de vins à bout de bras, derrière la femme, les sushis et le sachet de brioches. Ah ces brioches catalanes, il en rêvait depuis des heures. Il les aurait. Encore un petit effort.

Stéphanie avait les doigts de sa main droite sciés par le sac plastique. Elle ralentit le pas et fit glisser la poche dans sa main gauche et ….  Le vit. Il était assis trois ou quatre mètres derrière elle, paisible.

Ses yeux brillaient dans l’obscurité. Ils se firent face, elle stupéfaite, lui affamé. Soudain elle se rappela ce vieux classique d’Arthur Conan Doyle « Le Chien des Baskerville », l’animal démoniaque qui hurlait et errait dans la lande brumeuse du Devonshire depuis des siècles…

Un museau fin, des oreilles pointues, un pelage bringé, un bâtard oui mais noble, il ne bougeait pas. Contre toute attente il remua la queue et se coucha sur le dos. Saisie d’étonnement, une petite chaleur envahit la jeune femme. Brève chaleur. ].....

 

Bonne lecture et à bientôt pour d'autres extraits.

Pippa

Écrit par pippa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |