16/04/2013

MA GLYCINE

Ma glycine

 

Dans un coin de ma mémoire vit une glycine odorante aux grappes violettes et veloutées qui doucement frissonnent sous les assauts d’abeilles affairées.

Retombant le long d’un mur blanc percé d’une lourde porte verte, elle envahit l’espace, la rue et mes narines.

Combien de fois ai-je cueilli ces grappes pour en déguster le cœur au goût naissant de miel ? Je ne saurais le dire tant j’ai l’impression que c’était hier.

Ma glycine vit toujours mais les occupantes, quatre sœurs célibataires demeurant ensemble derrière le mur blanc ont depuis fort longtemps disparues. « Les Demoiselles » tel était le nom que le village leur donnait, personnalités attachantes et fragiles, vivent aussi dans un coin de ma mémoire.

Je suis passée par hasard dans la rue de la glycine odorante qui retombe sur le grand mur blanc et tout est revenu, non tout était là, intact dans ma mémoire et j’ai cru voir sortir par la lourde porte verte « Les Demoiselles », missel à la main, se dirigeant comme à l’accoutumée vers l’église.

Dans un coin de ma mémoire vit une glycine odorante aux grappes violettes et veloutées qui doucement frissonnent sous les assauts éternels d’abeilles affairées.

Écrit par pippa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.